lundi 4 avril 2016

Le monde secret de Sombreterre - Tome 1 : Le Clan Perdu, de Cassandra O'donnell.


Auteur : Cassandra O'donnell.

Date sortie FR : Le 6 Avril 2016, chez Flammarion Jeunesse - 10€


Genre : Jeunesse (10-13 ans) & Fantastique.



Note : 5/5  



Synopsis :


"Orphelin, Victor n'est pas un garçon comme les autres. Il parle avec les fantômes et voit des choses que personne d'autre ne perçoit.
Quand la jolie et captivante Alina fait irruption dans sa classe avec son horrible monstre invisible sur son épaule, le monde de Victor est bouleversé.
Qui est-elle ? D'où lui viennent ses étranges et terribles pouvoirs ? Et surtout, pourquoi a-t-il l'impression de la connaître et qu'un lien ancien et magie les relie l'un à l'autre ?"


La Chronique :


Avec cette nouvelle série destinée à la jeunesse, Cassandra O’donnell abandonne pour quelques temps la terrible forêt de Malenfer et sa fantasy inspirée du Seigneur des anneaux, pour nous ouvrir les portes du monde des esprits. Plus « adulte », mais aussi plus « effrayant », ce premier tome du « Monde secret de Sombreterre » attirera une tranche d’âge légèrement plus élevé (11-13 ans). De quoi faire patienter un peu ses plus jeunes lecteurs de Malenfer, mais continuer à séduire ceux qui sont devenus trop vieux pour être encore des enfants, mais trop jeune pour le monde des grands.

On rencontre ainsi, Victor, un jeune adolescent de 12 ans de caractère plutôt réservé et solitaire, qui a une particularité qu’aucun autre être humain ne possède : il voit les fantômes qui s’immiscent chaque jour dans nos vies et les monstres-esprits qui rôdent la nuit, dans les espaces sombres, sous les yeux aveugles et insouciants des humains.
Il va ainsi faire la rencontre d’Alina, qui elle n’est pas humaine et qui va en quelques mots mettre un sacré bazar dans sa vie et lui ouvrir les yeux sur sa véritable destinée.

Ce premier tome est donc tout à fait séduisant pour les plus jeunes, comme pour les plus vieux (moi!). De part dans un premier temps sa sublime couverture, illustrée par Jérémie Fleury qui ne cesse de nous éblouir par ses merveilles. Et croyez-moi, les illustrations à l’intérieur, n’ont rien du tout à lui envier !
Dans un style plus « mangas » que Malenfer, elles attireront elles aussi - à l’instar de l’histoire – beaucoup plus facilement nos jeunes adolescents « rebelles », tout en conservant leur part encore enfantine.


Sans oublier la jolie plume, toujours aussi fluide et accessible de Cassandra O’donnell. Qui a bien conscience de s’adresser à de jeunes lecteurs, qui prend le temps d’expliquer, mais qui n’oublie pas que l’histoire se doit d’être intrigante à chaque instant pour ne pas perdre le lecteur en cours de route. Ainsi, elle manie les mots avec finesse, nous plonge dans un univers sombre mais presque magique, au milieu d'une petite bande d'adolescent qui n'est pas sans nous rappeler celle d'Harry Potter, et qui multiplie les clins d’œil à diverses œuvres du genre, tout en gardant sa propre identité.

Victor est ainsi un jeune héro adorable, qui élevé comme un simple humain est loin de connaître l'étendue de ses capacités et l'incroyable destin dont il fait l'objet. Il ne manque par de courage, ni de force et je suis vraiment curieuse d'en découvrir un peu plus à son sujet.
Quant à Alina, si elle peut nous faire penser à Hermione quant à sa relation "chien et chat" qu'elle entretient avec Lucas (l'ami de Victor), elle m'a quant à moi fait sourire à nombreuse reprise et beaucoup plus fait pensé à Luna Lovegood d'Harry Potter. Sa façon de s'exprimer sans passer par quatre chemin, comme-ci le monde de Sombreterre et tout ce qui en découlait était parfaitement logique et normale, et celle de ne pas comprendre la bizarrerie des humains. Bref, cette jeune fille m'a complètement fait craquée, et j'espère qu'elle gardera ce même caractère doux et un peu étrange dans les prochains tomes.
Sans oublier bien sûre cette petite bête invisible appelé Chawak, l'animal de compagnie d'Alina, qui est peut-être un petit peu laid pour ceux qui peuvent le voir, mais qui est tout de même trop craquant. Une petite touche qui ne change certes pas grand chose à l'histoire, mais que je trouve adorable et dont je ne pourrais plus me passer. Hihihi ! 


Voilà, vous l'aurez donc compris : Ce livre signe un sans-faute ! Hormis... peut-être juste une petite chose... Cela devrait être interdit de terminer un tome comme ça ! J'ai hâte de découvrir le magnifique monde de Sombreterre ! A quand la suite ?


ET pour terminer cette chronique en beauté, je tiens à remercier Cassandra O'donnell et les éditions Flammarion, de m'avoir fait confiance sur ce service presse et de m'avoir ainsi offert la possibilité de découvrir ce joli petit monde !





Extraits :





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire