jeudi 8 février 2018

La loi du Cœur, d'Amy Harmon


La loi du coeur, de Amy Harmon (Auteur), chez l'éditeur Robert Laffont (17€90).
Genre: Romance contemporaine


Synopsis :

Malgré elle. Malgré lui. Une seule loi : la passion.

"Il a été retrouvé dans un panier de linge sale au Lavomatic, emmailloté dans une serviette. Au journal de vingt heures, ce nourrisson âgé de quelques heures à peine et déjà à l’article de la mort, abandonné par une mère accro au crack, a été baptisé Bébé Moïse. Les gens adorent les bébés, même les « bébés crack ». Mais les bébés grandissent, ils deviennent des enfants, puis des adolescents. Et personne ne veut d’un ado amoché par la vie. Moïse était amoché. Mais il était aussi étrange, et tellement beau. Il allait changer ma vie, plus que je n’aurais jamais pu l’imaginer. J’aurais peut-être dû écouter les conseils de ma mère et rester à l’écart. Moïse lui-même m’avait prévenue…"

Après Nos faces cachées et L'infini + Un, le nouveau roman événement d'Amy Harmon, en deux volets.

***


Mon avis et ma note (Coup de cœur):

J'ai un marque page que j'adore sur lequel est inscrit une citation de Victor Hugo : "Peu de livres changent une vie. Quand ils la changent c'est pour toujours." Et bien rares sont les livres qui à mes yeux ont autant donné raison à cette citation que celui-ci. Il ne m'a pas transporté dans un monde merveilleux et éblouissant que je n'oublierai jamais, mais dans une histoire qui flirt avec la frontière du réel au point que ça en est devenu bouleversant. Dans une histoire d'amour qui n'a rien à voir avec les coups de foudre auxquels ont est habitués, mais qui est bien plus authentiques que n'importe lequel d'entre eux.

J'ai été bouleversé. Tout d'abord par l'histoire de Moïse, sa naissance, sa vie, l'injustice à laquelle il ne cesse de faire face et à son incroyable don, qui n'est au départ pas toujours compréhensible, mais qui prend vie au fur et à mesure que nous tournons les pages. Mais également par l'empreinte de ce jeune homme dans la vie de Georgie. Cette jeune femme passionnée par les chevaux, par l'adrénaline, mais également et surtout par Moïse. Très vite, elle ne pensera qu'à lui, ne verra que lui, et cela malgré les "ont-dits" et les réticences de son entourage. Bref, elle tombera amoureuse de Moïse, au risque de s'en brûler les ailes plus d'une fois certes, mais également au risque de vivre la plus belle histoire d'amour de sa vie, bien plus passionnante que toute l'adrénaline du monde. 
Une histoire qui - si vous êtes comme moi - aura sans doute tendance à vous torturer, à jouer aux montagnes russes avec votre petit cœur... Mais croyez-moi! Cela en vaut largement la peine ! Je crois sincèrement que "la loi du cœur" fait parti de ces livres qui vous changent une vie, comme le disait si bien Victor Hugo.

Ma conclusion ? La loi du Cœur est une histoire qui s'immisce dans chaque recoin. Qui prend aux tripes. Bouleverse littéralement ! A tel point qu'une fois terminé, on ne veut qu'une chose : la redécouvrir ! La loi du Cœur fait parti de ces livres qui sans fioritures ont le pouvoir de changer les gens. De ceux qui sont capables de montrer la beauté et l'horreur de la vie en une seule page, et qui font réfléchir à tout ce qu'on croyait acquis. 

N'hésitez pas ! Foncez sur cette lecture !

lundi 5 février 2018

Orgeuil et Préjugés et Zombies, de Burr Steers

Réalisateur : Burr Steers

Date sortie FR : 5 Février 2016

Genre : Epouvante-horreur, Romance, Comédie,

Durée :  1h48


Les Acteurs : Matt Smith, Lily James, Sam Riley, Bella heathcote, ... 



Note des 2 chroniques : 3/5  


Synopsis : 


"En plus de sa recherche du grand amour et d'indépendance, la belle Elizabeth Bennet doit composer avec une invasion de zombies"


*****

La Chronique by Isa Wayne:

Note : 3.5/5


Intégrer des zombies un peu partout, c'est une chose assez à la mode ces derniers temps. En revanche, avoir l'idée d'intégrer des zombies dans le célèbre roman de Jane Austen, c'est on ne peut plus osé, mais surtout bien pensé. Et figurez-vous que Seth Grahame-Smith a bel et bien osé ! En publiant un livre parodique d’Orgueil et Préjugés en 2009, et qui a aujourd'hui été adapté au grand écran par Burr Steers.


Revenons justement sur ce film :

Le monde du XIXe siècle, ne ressemble pas tout à fait à celui que l'on connait, si familier et rassurant. Nos villes, nos villages et nos campagnes, sont à présent ravagés depuis près de cinquante ans par un nouveau fléau nommé "Zombies" ! Des dévoreurs de chair tout simplement, d'une intelligence surprenante, toujours avides de cerveaux frais, qui après avoir brisé tous les espoirs des survivants, les ont poussés à se retrancher. Ainsi, la ville de Londres est devenue une ville fortifiée, un semblant de sûreté, dans laquelle chaque habitants - hommes et femmes également - sont formés dès leurs plus jeunes âges aux arts martiaux, afin d'affronter toutes éventualités.
Aucun de nos personnages n'a donc le droit à l'erreur, car les simples petites choses de la vie, tel qu'une promenade en campagne, un repas de famille ou un bal, peut-être interrompus à tout moment par une nouvelle attaque, et cela malgré les grandes murailles autour de la ville.

Mais si les zombies sont la "nouveauté" d’Orgueil et Préjugés, ils ne sont en revanche pas la seule intrigue du film. Bien sûre, la famille Bennet et ses cinq filles y ont leurs places, tout comme la nécessité de les marier et les réflexions de la jeune Elizabeth qui ne voit pas ça du même œil. Sans oublier le très orgueilleux Darcy, et leur romance qui fleurira d'une façon comme toujours, particulière...

Sur ce point - très - positif, la "parodie" ou ce que j'appellerai "l'adaptation" est d'ailleurs plutôt travaillée avec finesse et respect pour l'oeuvre originale. Ici, le sujet est assez sérieux ! Ce film conserve cette classique histoire d'amour, avec toute la sincérité que nous lui connaissons, en y imposant tout simplement un élément supplémentaire : le "zombie" !
Mais justement, là où j'apprécie le respect de l'histoire, car je ne vois pas pourquoi appeler un film "Orgueil et Préjugés" si ce n'est pas pour le respecter... Je me demande si ce film n'aurait pas eu plus d'intérêt sans s'appeler ainsi... Car malgré tout le respect que j'ai pour l'histoire originale, je me suis plus intéressée ici à la trame des zombies, que par sa romance, désireuse de découvrir plus en profondeur ce côté "épouvante" et d'éprouver une certaine "peur" devant quelques scènes, que de m'attarder sur une romance qui n'a plus grand intérêt dans un film du genre...

Bref, vous l'aurez compris, ce n'est pas le film du siècle mais, rassurez-vous, cela ne m'a cependant pas empêchée d'apprécier ce très joli travail, autant en ce qui concerne l'intrigue, qu'artistiquement parlant. Car finalement, malgré quelques reproches, parce que je pense qu'ils auraient pu faire mieux, j'ai réellement passé un bon moment devant "Orgueil et Préjugés, et Zombies".
Le seul vrai défaut que je retiendrais, sera néanmoins celui qui concerne le talent des acteurs... Non pas qu'ils soient "nuls", mais il ressortait d'eux un certains "surplus" de British, qui manquait malheureusement beaucoup de crédibilité et donnait un côté très artificiel à ce film... Vraiment dommage...






*****

La Chronique by Célou :

Note : 3/5 


Je rejoins Isa, ce scénario est une idée saugrenue mais vraiment bonne ! J'ai été agréablement surprise par ce film ! J'avais au départ un peu d'appréhension je l'avoue...et même si ce n'est pas le meilleur film de tous les temps, j'ai passé un bon moment !

Je ne connais pas du tout l'histoire d'Orgueil et Préjugés, à part qu'il y a une histoire d'amour... Hum, oui, honte à moi... Bref, j'ai pu "découvrir" en quelque sorte la trame de cette histoire.
Donc donc donc ce film raconte l'histoire de Elizabeth Bennet qui cherche plus que tout à garder son indépendance. Mais bien sûr, tout ce qu'on attend d'elle, c'est qu'elle se marie ! S'en suit alors une histoire pleine de rebondissements romantiques avec Darcy - un homme un peu mystérieux et imbu de lui-même - et d'action à base de zombies !

Ce que j'ai adoré, c'est ce côté femme indépendante, qui se bat contre les zombies aussi bien qu'un homme pourrait le faire à cette époque. L'histoire est compliquée, les liens et les intéractions entre les personnages s'entremêlent pour donner un résultat plutôt sympathique ! J'ai même bien cru que j'allais étrangler les scénaristes à la fin...lol

Les zombies étaient plutôt pas mal ! Même si le film n'est pas si terrifiant que ça en lui-même, je ne le montrerai quand même pas à des enfants.

Bref, j'ai passé un très bon moment devant Orgueil et Préjugés et Zombies !!


*****

Bande-annonce :



jeudi 1 février 2018

November 9, de Colleen Hoover.


November 9, de Colleen Hoover (Auteur), chez l'éditeur Hugo Roman (17€).
Genre : Romance contemporaine


Synopsis : 
"Ce jour-là, le 9 novembre, en allant déjeuner avec son père au restaurant, Fallon ne s'attendait pas à rencontrer Ben. Elle ne se doutait pas que les quelques heures qu'ils passeraient ensemble seraient aussi magiques.
Ben veut devenir écrivain et son projet de livre passionne la jeune femme. Quant à Fallon, elle avait le rôle principal dans une série télévisée et une brillante carrière s'ouvrait à elle avant que sa vie ne bascule lors d'un terrible incendie deux ans auparavant. L'attirance entre eux est forte et immédiate.
Mais, à dix-huit ans, ils sont encore si jeune pour décider de leur avenir. Et Fallon doit s'envoler pour New York, le lendemain, où elle espère relancer sa carrière. A priori, rien ne semble possible entre eux.
Mais comment le savoir ?
Ils vont alors se fixer rendez-vous le 9 novembre, pour conserver la magie de cette rencontre et la confronter au temps qui passe.
Les années vont défiler, les 9 novembre aussi, tous différents et surprenants. Fallon et Ben vont en apprendre un peu plus à chaque fois, sur leur présent mais aussi sur leur passé."

***


Mon avis et ma note (coup de cœur):


Je crois que je suis incappable de trouver un mot ou même une seule phrase pour vous décrire et vous parler de November 9. Car il est bien plus qu'un livre, bien plus qu'une histoire d'amour ou une romance à mes yeux. Il fait parti des écrits, des livres qui sont capables de changer une vie, et de vous aider à voir différemment le monde qui vous entoure. De ceux que je lirais et relirais plusieurs fois au court de ma petite vie, lorsque j'aurais besoin de réconfort, de croire en l'amour ou besoin de force tout simplement.

November 9 est bouleversant, émouvant, attendrissant, déchirant, poignant et palpitant, et un peu tragique finalement. Il est magnifique. Non ! Mieux ! Épatant, admirable et juste sublime.

Il fait parti de ces livres que je serais incappable d'oublier, même après plusieurs années. Parti de ceux que je conserverais bien au chaud au creux d'une des niches de ma bibliothèque et dont je ne me séparerais plus jamais. Même avec le temps. Même avec les changements que tout être humain à un jour dans sa vie, je sais que je n'en aurais jamais envie. Pourquoi ? Eh bien!, parce qu'il fait partie de ces livres qui m'aident à relativiser, qui m'inspirent - si vous voyez ce que je veux dire - et qui ne se contentent pas de raconter une jolie histoire à son lecteur, mais qui au contraire trouvent le moyen de le marquer d'une manière ou d'une autre.

Ainsi, ne soyez pas étonnés, le récit de November 9 commence en douceur, pause les bases, apparaît au départ comme une histoire d'amour assez "basique" finalement. Le coup de foudre dans un restaurant. Le coup de cœur réciproque de deux jeunes gens qui s'attirent, se ressemblent, se font du bien. Bref, une passion naissante comme ont les connait déjà toutes, et cela malgré le fait que les cicatrices de Fallon nous intriguent et que l'attrait que lui porte Ben malgré leurs présences est juste splendide. Mais là où cela devient réellement intéressant, c'est au départ de Fallon pour New York, et cette idée farfelue de se retrouver tous les 9 novembre chaque année, afin de faire le point sur leurs vies et leurs sentiments. Ainsi, le temps qui s'écoule, - assez vite pour nous lecteur - nous offre la possibilité de voir l'évolution de leurs vies et à quel point cette première rencontre les aura finalement impacté. Et à quel point ce livre, qui au départ ne payait pas de mine se termine sur un feu d'artifice de sentiments et de révélations.

Je n'en dis pas plus... Mais honnêtement, si vous hésitez encore après ça, n'hésitez plus !

dimanche 28 janvier 2018

P.S. I Love You, de Richard LaGravenese


Réalisateur : Richard LaGravenese

Date sortie FR : Le 6 Février 2008 et déjà en DVD & Blu-ray.

Genre : Romance & Comédie dramatique (américain)

Durée :  2h06.


Les Acteurs : Hilary Swank, Gerard Butler, Lisa Kudrow, Gina Gershon, Harry Connick Jr, James Marsters, Kathy Bates & Jeffrey Dean Morgan.



Note moyenne des 2 Chroniques : 4.5/5  



Synopsis :


Le film est basé sur le roman éponyme "PS, I Love You" de Cecelia Ahern.

"Holly et Jerry sont un couple amoureux menant une vie parfaite. A la suite de la mort soudaine de Jerry, Holly sombre dans une dépression. C'est alors qu'elle reçoit une lettre, la première d'une série de dix, rédigées par Jerry avant sa mort. Ces lettres, agencées tel un jeu de piste, lui donnent des instructions de choses à faire pour, à terme, tourner la page et enfin réapprendre à vivre."


*****



Note :   

La Chronique d'IsaWayne :


Il y a des films qui nous touchent, nous font passer un bon moment, bref, que l'on apprécie tout en sachant qu'on finira bien un jour par les oublier.... Et puis, il y a ceux que je place moi dans la catégorie de "P.S. I Love You", ceux qui nous bouleversent, qui nous laissent les yeux brillants d'émotions, émue et le cœur lourd. Ceux qui vous mettent une claque et que l'on est incapable d'oublier...

Difficile de reprendre le rythme de sa vie après ça...

Si je suis difficile dans la romance, ce n'est pas parce que je ne suis pas romantique, mais tout simplement parce que je ne supporte pas la niaiserie ou les scénarios basiques. On oublie les restaurants chics qui font tomber la fille en un claquement de doigts, ou les milliardaires séduisant qui peuvent vous faire survoler la ville dans son propre hélicoptère (eux ils font partis de la première catégorie : "Les oubliables" !). Moi, je préfère juste la simplicité et l'émotion. Deux mots que je trouve parfait pour décrire "P.S. I Love You". Qui nous montre en à peine deux heures, un amour exceptionnel et magnifique. Une histoire douloureusement belle. Exactement à l'image de la vie finalement... : Belle et Triste...


Holly est une jeune femme de caractère, qui navigue entre une vie de couple heureuse et un brouillard total au niveau professionnel. Elle désire une vie programmée sur du papier millimétré, pour ne pas risquer une seconde de donner raison à sa famille, quant à l'échec de son mariage.
Gerry, lui, est sa moitié, mais également son opposé. Un Irlandais qui aime la vie et la prend comme elle vient, selon ses désirs et toujours avec légèreté. Rien n'est fatalité pour lui... Si ce n'est peut-être ... la tumeur...

Dix des plus belles années de leur vie s'étaient écoulées, sans même qu'ils puissent penser un seul instant qu'ils n'auraient plus le droit à la suivante... 

Holly vient de perdre son âme sœur, l'amour de sa vie et une partie d'elle même... Sa meilleure moitié, dans la fleur de l'âge, emmenant avec lui son amour et leurs rêves en commun. Celui qui la faisait si souvent rire l'avait quitté pour toujours. Celui qui l'enlaçait tendrement avant de s'endormir, qui ne manquait jamais une occasion de profiter de la vie et qui la regardait toujours avec l'amour des premiers jours... Elle ne pourrait jamais plus se disputer avec lui pour savoir qui se lèverait pour éteindre la lumière de la chambre, ni voir son sourire, entendre sa voix et encore moins lui dire une dernière fois "je t'aime"...
Comment réussir à surmonter une telle épreuve ? Comment continuer à vivre quand tout vous rappel l'être aimé ? Quand vous rêvez de lui toutes les nuits, et que votre cœur se brise quand vous réalisez en ouvrant les yeux qu'il n'est plus là ? Quand vous sentez son parfum, sa présence, comme s'il ne vous avait jamais quitté... ?

Tout naturellement, Holly se laisse submergée par la peine et la douleur, se refusant à l'oublier...

Mais le jour de ses 30 ans, des lettres vont bouleversées sa monotone tristesse... Gerry avait tout prévu ! D'autres lettres écrites de sa mains arriveront dans les jours suivants, l'une après l'autre, dans les moment les plus opportuns, pour la guider, la faire voyager dans leurs souvenirs afin de lui faire un ultime "Adieu"... et qu'elle tourne "enfin" la page. Entre New York et l'Irlande, "P.S. I Love You" nous fait voyager dans les souvenirs d'Holly et Gerry, leur magnifique histoire d'amour qui se poursuit bien au delà de tout ! Un Adieu déchirant, mais tellement magnifique et tout en émotion. Ce film m'a bouleversé mille fois plus que ce à quoi je m'attendais. C'est tout à fait ce que je recherche dans la romance, la simplicité, le naturel, un amour inconditionnel qui me bouleversera et m'arrachera quelques larmes.

Il n'y a pas de mot pour décrire P.S. I Love You... Ce film n'est clairement pas connu à sa juste valeur.
Une magnifique façon pour dire une toute dernière fois "I Love You"...
J'espère sincèrement avoir trouvé les mots justes pour vous donner envie de découvrir ce film.
Il le mérite !







*****

La Chronique de Célou Chipie :

Note : 4/5 


Ce film m'a fait un choc. Il démarre sur une dispute, même si ce n'est rien de violent, qui porte sur le sujet des enfants et sur l'avenir du couple que forme Holly et Gerry. J'avoue que je me suis demandé deux secondes si leur couple était sincère. Mais la dispute est à peine finie qu'ils se réconcilient déjà, débordant d'amour l'un pour l'autre. Et là, on a même pas le temps de s'en remettre qu'on se retrouve à l'enterrement de Gerry.

J'ai trouvé le début un peu lent bien que très triste. Puis petit à petit, on va découvrir comment se sont rencontré les deux amoureux, ce qu'ils ont vécu ensemble, leurs rêves et leurs moments de bonheur.

Cette histoire est pleine de sentiments forts, d'amour, d'amitié, de tristesse, de douleur et de courage et de force. Au final, Holly est bien chanceuse d'avoir eu un homme si romantique et prévenant qui a pensé avant tout à elle et à son avenir alors qu'il était malade et sur le point de mourir. Parce que souvent, quand une personne part, elle ne laisse rien. Elle ne laisse pas de lettres, pas de cadeaux, pas de conseils pour vivre et survivre. On doit se débrouiller tout seul. Bref, cette histoire était très touchante, même si Holly m'a un peu énervée parfois...

J'ai adoré la phrase de la maman de Holly, qui je trouve conclue très justement ce film : "On est tous ensemble dans notre solitude".

Une comédie dramatique et romantique qui finit bien, pile comme on les aime quand on est en manque d'amour et d'émotions (oui, c'est typiquement féminin !).







Bande-annonce :